HomeActualitéKrohne : mesurer de la vapeur surchauffée

Krohne : mesurer de la vapeur surchauffée

Le spécialiste de la mesure Krohne a été choisi par Solvay pour équiper son site de Pont-de-Claix en Isère de débitmètres dédiés à la mesure de vapeur surchauffée. L’objectif était d’établir un rendement énergétique : mesure précise de débit de vapeur surchauffée, réduction des consommations d’énergie et autocontrôles des mesures.

L’Optisonic 8300 de Krohne

La plateforme chimique de Pont-de-Claix était historiquement exploitée par Rhône-Poulenc, puis les activités ont été découpées et vendues à différentes entreprises du secteur de la chimie. Aujourd’hui, Solvay est le fournisseur des utilités, telles que l’électricité, l’air comprimé et la vapeur surchauffée. L’entreprise exploite trois turbines à gaz avec cogénération, la source d’énergie étant du gaz naturel et de l’hydrogène, sous-produit de fabrication. Cette distribution des fluides d’utilités alimente chaque acteur de la plateforme de Pont-de-Claix.

 

Le cahier des charges
Le client Solvay a souhaité mesurer la vapeur surchauffée, à une température de 275 °C, une pression de 31 bars et à un débit de 60 T/h. La mesure doit servir à établir le rendement énergétique des installations de cogénération. Auparavant, le client utilisait un appareil de technologie Vortex concurrent. Les clients de la plateforme chimique consommaient 900 000 tonnes de vapeur par an. Depuis de nouveaux investissements,cette consommation a baissé à 350 000 tonnes par an, car de nouvelles unités de process moins énergivoresont été construites pour remplacer les anciennes. Plusieurs critères sont à prendre en compte pour le point de mesure : il doit pouvoir couvrir une plage de débit beaucoup plus étendue et particulièrement en bas débit ; il doit mesurer dans les deux sens de passage, car en cas d’arrêt des installations de production de vapeur une source externe de production de secours doit utiliser la même tuyauterie, mais avec un sens de passage inversé ; la perte de charge générée doit être la plus faible possible afin de ne pas consommer d’énergie à pure perte.

 

L’Optisonic 8300 est particulièrement adapté à des débits élevés et constitue une solution idéale pour la surveillance de chaudières et de centrales électriques ou encore pour la fabrication de vapeur.

La solution proposée
Afin de répondre aux besoins du client, Krohne a fourni un débitmètre à ultrasons Optisonic 8300 de diamètre 10’’ avec un raccordement 10’’ ASA 300 lbs. L’appareil a été installé en sortie de production vers les unités, sur une conduite horizontale en acier carbone. Les longueurs droites amont-aval nécessaires ont été respectées afin d’assurer la précision  optimum. L’ensemble de l’installation a été calorifugé par le client. La mesure de débit en T/h est réalisée dans le calculateurqui est intégré dans le convertisseur de mesure de débitmètre à ultrasons Optisonic 8300 grâce à l’entrée directe de la mesure de pression et de température. La mise en service a été planifiée avec le service clients Krohne. Pour des raisonsde production, la fourniture de vapeur a démarré une semaine plus tôt, et l’appareil a aussitôt été opérationnel.
Les avantages pour le client
Le débitmètre Optisonic 8300 répond aux critères de choix du client, à savoir une grande rangeabilité, une mesure bidirectionnelle et l’absence de perte de charge. Aucune maintenance périodique n’est nécessaire et le monitoring des variables d’autocontrôle de la mesure garantit le bon fonctionnement de l’appareil en continu. L’Optisonic 8300 est devenu la référence de mesure par rapport à tous les sous-comptages qui sont réalisés avec des technologies de type Vortex ou par organe déprimogène. Solvay a réduit sa consommation d’énergie liée à la perte de charge des précédents mesureurs, la zone de mesure possible a été étendue, la précision de mesure a été améliorée et la sécurité du process a été accrue grâce à la surveillance des autocontrôles. Le service clients Krohne doit effectuer une vérification annuelle de l’équipement avec la console Opticheck, afin de remettre un rapport au Service Qualité.

Partager:

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal des Fluides.