HomeActualitéCap sur le Pollutec Maroc

Cap sur le Pollutec Maroc

Le Pollutec Maroc, dont la 9e édition est prévue du 24 au 27 octobre 2017, s’illustre comme l’un des premiers salons professionnels dédiés aux enjeux et défis environnementaux au Maroc. Sylvie Fourn, directrice de la division Environnement de Reed Expositions France, co-organisateur du Pollutec Maroc avec Forum7, nous dévoile sa perception du marché industriel marocain.

Sylvie Fourn, directrice de la division Environnement chez Reed Expositions France.

Qui êtes-vous ?

Sylvie Fourn : Reed Expositions France, co-organisateur du salon Pollutec Maroc avec l’agence de communication évènementielle Forum7 basée au Maroc, est une filiale de Reed Exhibitions, l’un des premiers organisateurs mondiaux d’évènements professionnels. Elle rassemble des experts en organisation de salons professionnels compétents dans des secteurs d’activité divers : parmi les références de Reed Expositions France, nous pouvons citer les salons World Efficiency, Maroc Industrie Expo, World Nuclear Exhibition, Batimat, Midest et bien évidemment, le Pollutec qui se tiendra du 27 au 30 novembre 2018 à Lyon. L’un des objectifs premiers de Reed Expositions France est de favoriser les contacts d’affaires. Nous mobilisons toutes nos énergies pour accompagner les professionnels dans la recherche de prospects, proposer des outils d’identification et de prise de contact, organiser des échanges commerciaux fructueux. Les évènements organisés pour les industriels constituent une véritable vitrine de savoir-faire et d’innovations avec la présentation de produits et solutions spécifiques ainsi que l’organisation de conférences et ateliers thématiques ciblés.

Comment percevez-vous l’état du marché actuel ?

S.F. : Le marché de l’environnement n’est pas comparable d’un secteur à l’autre : les besoins ne seront pas les mêmes au Maroc ou en France. Au Maroc, la priorité est donnée à la collecte et au traitement des déchets ménagers, industriels et dangereux ainsi qu’à la mise en place des filières de recyclage et de valorisation, qui ouvrent de réelles opportunités en termes de business et d’emplois. Des initiatives intéressantes et concrètes ont lieu sur le sujet dans de nombreuses villes marocaines.

L’édition 2016 de Pollutec Maroc avait rassemblé 4 000 visiteurs professionnels et 160 exposants nationaux et internationaux de 13 pays.

Dans l’eau, le marché s’est ralenti mais le pays a accompli un réel bond en avant concernant l’alimentation en eau potable, y compris les zones rurales et isolées. Aujourd’hui, le pays doit poursuivre la mise en place d’investissement dans l’assainissement. Le marché de l’air est, quant à lui, encore en devenir. Plus généralement, nous avons observé un ralentissement des affaires durant l’année précédente, avec des retards dans les paiements des commandes publiques, probablement dû à l’absence de gouvernement durant six mois. Les équipes aujourd’hui en place s’attellent, j’en suis sûre, à remettre du rythme dans l’évolution d’un secteur qui a plus que jamais le soutien du Royaume.

Stand aux couleurs de l’Allemagne, rassemblant quelques professionnels de l’industrie du pays.

Pour vous, quelles en sont les conséquences directes ?

S.F. : Pour nous, la conséquence directe est une attractivité jamais démentie pour le marché marocain par les acteurs de l’offre internationale en matière d’équipements, de technologies et de services pour l’environnement. Après une édition 2016 en demi-teinte, en raison de la tenue à un mois d’intervalle de la COP22 à Marrakech, Pollutec Maroc 2017 va afficher une très belle présence internationale d’entreprises avec en tête de liste : la France, avec au moins 60 sociétés, l’Italie, avec près de 20 sociétés, l’Espagne, l’Allemagne, la Turquie… Au total une quinzaine de nationalités seront représentées lors des quatre jours de salon.
En revanche, même s’il nous reste encore un peu de temps pour enregistrer de nouveaux exposants, le nombre d’entreprises marocaines sera probablement en retrait en comparaison avec les éditions précédentes, notamment en raison de la récession nationale évoquée précédemment. Cela est dommage car, parallèlement, le visitorat s’annonce renforcé avec en particulier de nombreux visiteurs africains à la recherche de solutions et de partenariats avec des entreprises marocaines.

Quelles solutions apportez-vous aux industriels ?

S.F. : La 9e édition de Pollutec Maroc, salon international des équipements, technologies et des services pour tous les secteurs de l’environnement (eau, déchets, air, énergie) se tiendra du 24 au 27 octobre 2017, à la Foire internationale de Casablanca.
Pollutec Maroc soutient le déploiement de la stratégie nationale du Royaume en matière de développement durable, enrichit son dispositif de mise en valeur de l’offre et de l’innovation, orchestre de nouvelles animations et construit un programme de conférences de qualité. Ce grand rendez-vous annuel contribuera à faciliter la mise en relation de 200 éco-industriels marocains et internationaux exposants porteurs de solutions innovantes avec les 6 000 visiteurs professionnels attendus, issus du secteur public ou privé, décideurs et prescripteurs, à la recherche de partenariats technologiques et commerciaux, d’informations techniques et de nouveaux fournisseurs. Les délégations d’Afrique Sub-Saharienne, et notamment de la Côte d’Ivoire, pays à l’honneur de cette prochaine édition, seront accueillies sur un espace dédié et animé de diverses prises de parole. Celles-ci pourront présenter aux professionnels présents leurs problématiques, leurs projets d’investissements et leurs besoins en termes de solutions durables.

À lire en intégralité dans le Journal des Fluides n°81 Octobre/Novembre 2017

Partager:

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal des Fluides.