HomeActualitéZiemex : apporter une valeur ajoutée aux matériaux

Ziemex : apporter une valeur ajoutée aux matériaux

Créée en 1957 et installée à Sarre-Union (67) en Alsace, Ziemex est une société de chaudronnerie industrielle spécialisée dans les aciers inoxydables, les alliages de nickel et les nuances exotiques tels que le titane ou le zirconium par exemple. Nous avons échangé avec Dominique Martinez, Directeur commercial chez Ziemex, pour revenir sur le savoir-faire unique de la société.

 

Dominique Martinez, Directeur commercial chez Ziemex.

Ziemex conçoit et produit des équipements de grandes capacités à forte valeur ajoutée comme, par exemple, des réacteurs, des colonnes et fermenteurs, des échangeurs à plaques soudées ou encore des skids de condensation. Dominique Martinez déclare : « Notre fer de lance, c’est d’apporter de la valeur ajoutée aux produits que l’on fournit. Pour les équipements dédiés aux fluides, nous apportons une expertise, un réel savoir-faire, notamment au niveau de la thermique : nous fournissons des équipements pour chauffer ou refroidir des cuves avec garantie de résultat ». Ziemex est présent sur différents secteurs industriels, avec environ 60 % de ses activités réalisées dans l’agroalimentaire, le reste dans la chimie et la chimie fine. Le directeur commercial poursuit : « L’agroalimentaire est un segment important et englobe notamment les brasseries. Nous fournissons tous les équipements des blocs froids des brasseries à travers le monde, autrement dit les gros fermenteurs. À titre d’exemple, nous avons cette année équipé une brasserie Heineken dans le nord de la France avec des fermenteurs de grosses capacités. Une extension de leur site de Marseille est également en cours de réalisation ».

 

Un savoir-faire unique

 

D’un point de vue technologique, Ziemex utilise depuis plus de vingt ans le soudage laser. « Nous avons été les pionniers, avec Peugeot qui est dans un tout autre domaine d’activité, à utiliser ce type de soudage, explique Dominique Martinez. Nous sommes aujourd’hui les seuls en Europe à maîtriser la double enveloppe avec cette technologie pour chauffer ou refroidir les cuves, avec des pressions de service jusqu’à 100 bar. » Un autre point de distinction de Ziemex est que la société fournit des échangeurs à plaques soudées pour la chimie, la pétro-chimie et la chimie fine. Il s’agit ici d’un marché de niche sur lequel Ziemex est capable de tout réaliser : le design, la fabrication, le soudage laser, etc. Le directeur commercial ajoute : « Nous sommes les seuls sur le marché des échangeurs à plaques soudées à fournir, aux pharmaciens notamment, des surfaces de 0,3 m2 jusqu’à 12 000 m2 pour la pétrochimie ». Grâce à ses moyens d’études, Ziemex est capable de prendre des projets clés en main, intégrant la tuyauterie ou encore l’automatisme.

Usine de Ziemex, située à Sarre-Union en Alsace.

La société apporte des solutions, mais aussi et surtout une garantie des résultats au niveau thermique. Dominique Martinez explique : « Nous apportons une réelle expertise, et nous nous efforçons toujours de tirer l’activité par le haut, que ce soit en termes d’études, de gestion de projets, de matériaux, de soudage ou de mises en oeuvre. Les spécialistes qui réalisent le même métier que nous sont de moins en moins nombreux : les seuls restants sont ceux qui ont su s’adapter aux produits et leur apporter une vraie plus-value. Les cuves “simples” proviennent souvent des pays de l’Est ou de la Turquie par exemple, et sont vendues au prix de l’inox ».

Ziemex conçoit des échangeurs Ziebloc à très forte capacité, qui permettent un nettoyage de la totalité de la surface d’échange, sur les deux circuits.

 

Les fermenteurs pour l’industrie

 

Le chaudronnier met en avant depuis 2008 ses gros fermenteurs pour l’industrie, et notamment pour les domaines de la bio et de la chimie verte. Cette activité est issue du savoir-faire de Ziemex dans les équipements stériles pour l’agroalimentaire et la pharmacie. « Nous avons dupliqué notre savoir-faire sur les fermenteurs de grosse capacité jusqu’à 500 m3, explique Dominique Martinez, c’est une vraie prouesse technologique. Nous disposons des outils pour réaliser du 0,8 micron d’état de surface sur des équipements de tels volumes. Une bactérie faisant généralement 1 micron, nous écartons alors les risques de contamination bactériologique des équipements. » Ces fermenteurs constituent l’application type où Ziemex met en oeuvre toutes ses technologies : garantie des processus de stérilisation sur les produits, montée en température, maintien de la température durant la fermentation, l’état de surface et la pression tout au long de la réaction de fermentation. Dans certains cas, Ziemex peut fournir une solution sous forme de skid. « Il s’agit d’un produit dans l’ère du temps et qui fonctionne bien », conclut Dominique Martinez.

 

Ziemex assure le montage des équipements sur site.

Accompagnement Client

 

« Nous souhaitons toujours idéalement être présents le plus en amont possible d’un projet, explique Dominique Martinez. Nous souhaitons être au courant le plus tôt possible et travailler en relation étroite avec le client. Cela nous permet de lui faire bénéficier de notre expérience et de nos références dans le domaine, et de lui proposer les solutions les plus viables économiquement pour réaliser son projet. » Lorsque l’offre est établie, le chargé de projet est ensuite assisté par les équipes du bureau d’études qui prennent le relais sur la réalisation du projet. En fonction de la prestation, Ziemex peut assurer le montage des équipements sur le site. Lorsque les projets sont à l’étranger, Ziemex envoie un ou deux superviseurs qui formeront le personnel sur place et participeront à la réception finale et à la mise en route. « C’est ce que nous proposons depuis près de trente ans, notamment en Afrique, et cela fonctionne très bien », témoigne Dominique Martinez.

 

Quels développements attendre ?

 

Ziemex innove en permanence et investit entre 1 et 1,5 million d’euros par an dans ses outils de production. « En ce moment, nous développons de gros échangeurs à plaques soudées, avec des débouchés dans la récupération d’énergie, précise le directeur commercial. Nous ciblons alors particulièrement les sucreries, les papeteries ou les industries de sidérurgie, qui sont de grands consommateurs d’énergie. Nous sommes également en phase de développement d’équipements de récupération des COV (Composants Organiques Volatiles), en partenariat avec un pharmacien leader sur son marché. Nous avons actuellement en commande pour l’export un lot d’évaporateurs à plaques destinés à la construction de la plus grande sucrerie au monde, en Égypte. »

 

Station pilote de Ziemex

Station pilote complète

 

Ziemex dispose d’une station pilote qui permet de réaliser des essais sur les process. Il s’agit d’un service supplémentaire proposé au client pour le rassurer quant aux résultats. Le pilote permet de réaliser des opérations de fermentation, de distillation et de récupération avec des échangeurs à plaques et des condenseurs. Dominique Martinez ajoute : « Nous proposons par exemple ce pilote pour traiter des COV : tout est instrumenté. Les clients ne sont pas forcément des experts en récupération d’énergie et COV, et la station pilote permet alors de leur apporter des résultats. Les tests sont réalisés en interne chez nous, mais le skid peut être facilement transporté par conteneur pour éventuellement réaliser des tests directement chez le client. Les essais durent généralement une petite semaine ».

 

Les tendances actuelles

 

Dominique Martinez témoigne : « Il y a une trentaine d’années, nous pouvions retrouver chez les grands de la chimie beaucoup de dessinateurs, qui traduisaient les spécifications clients de manière très directive. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Les bureaux d’études sont réduits à leur plus simple expression, notamment car les clients ou donneurs d’ordre n’ont plus les moyens de les maintenir à temps complet toute l’année. Nous avons alors étoffé nos compétences et avons embauché des ingénieurs pour répondre à ce vide qui s’est créé. Désormais, nous avons affaire à des gestions de projet où le cahier des charges est plus fonctionnel que directif. C’est à nous de proposer les solutions qui vont bien pour compenser ce manque de direction, mais également de compenser cette perte de savoir-faire ». En ce qui concerne les échangeurs et le service, la tendance du marché est de réaliser des reporting sur les installations importantes. Autrement dit, le client récupère tous les mois les informations process, permettant ensuite d’analyser les dérives éventuelles du process et de se rendre compte, par exemple, s’il y a une fuite ou un encrassement prématuré. C’est un service que Ziemex propose. Le directeur commercial ajoute : « Ces tendances ont fait que nous nous sommes diversifiés : nous réalisons alors, selon les années, des projets de brasserie, de chimie ou encore de pharmacie ».

Partager:

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal des Fluides.