HomeActualitéNouvelle installation de retraitement des eaux chez Kervalis-Armor

Nouvelle installation de retraitement des eaux chez Kervalis-Armor

Implantée à Trémorel, dans les Côtes-d’Armor (22), la société Kervalis-Armor souhaitait recycler les eaux de stations d’épuration traitées pour des usages techniques. BWT, qui propose des solutions globales de traitement des eaux, est venue répondre à leur problématique : comment augmenter sa production tout en limitant les volumes rejetés de la station d’épuration de l’usine ?

 

Dimitri Monot, responsable de l’activité ReUse chez BWT.

Le site de Kervolis-Armor situé en Bretagne est spécialisé dans la transformation et la valorisation de sous-produits animaux issus des abattoirs du Grand Ouest. Filiale du groupe SARIA, qui compte 1 500 collaborateurs en France, le site regroupe 35 salariés. Il produit notamment des protéines animales transformées (PAT) destinées à l’industrie du Petfood. Dimitri Monot, responsable de l’activité ReUse, direction marché Industrie chez BWT, déclare : « Kervalis-Armor souhaitait recycler les eaux de STEP traitées pour des usages techniques. La société s’est tournée vers BWT pour déterminer la bonne solution. Depuis près de 100 ans, BWT propose aux industriels des solutions de traitement des eaux, qui comprennent les équipements, les produits de conditionnement et les services associés, à valeur ajoutée et dans le respect des exigences réglementaires les plus strictes. » La gestion du cycle de l’eau et de ses usages est un facteur clé de la performance économique et environnementale des industriels. Pour répondre à ces enjeux, BWT a mis au point une offre conçue pour améliorer les performances industrielles, réduire les impacts environnementaux et gagner en efficacité hydrique.

 

Site de Kervalis-Armor, situé à Trémorel en Bretagne.

Le défi environnemental

Inscrit dans la logique d’économie circulaire du groupe SARIA, le projet relève d’une double exigence : réduire l’impact environnemental et garantir à la fois la pérennité et l’accroissement de l’activité. Or, l’augmentation de la production suppose des volumes de rejets plus importants, soumis à autorisation préfectorale. En outre, la station d’épuration de la zone avait atteint le niveau maximum de ses capacités de traitement des charges polluantes. Dans ce contexte, une question s’est posée : comment recycler de l’eau de STEP traitée pour des usages techniques tout en garantissant une qualité d’eau, exempte du moindre risque de contamination des salariés et de l’environnement ? Par ailleurs, le retraitement de l’eau supposait de pouvoir rejeter des mètres cubes supplémentaires. Une démarche encadrée par la convention, signée avec la communauté de communes et validée par l’administration de tutelle. « Le principal enjeu était d’obtenir une qualité d’eau compatible avec les process industriels, tout en garantissant la sécurité des salariés, explique Dimitri Monot. La qualité de l’eau devait atteindre la qualité d’une eau de baignade. »

 

Le conteneur intègre trois technologies : la microfiltration,
la désinfection par lampe UV et l’adoucisseur.

Limiter les pertes d’eau

Chez Kervalis-Armor, le projet est né d’une réflexion ouverte et d’un objectif clairement affiché : bénéficier du plus haut niveau de rendement avec la meilleure qualité d’eau possible. En d’autres termes, il s’agit de préserver le rendement maximum de l’installation entre le mètre cube entrant et le mètre cube sortant. « Autrement dit, il s’agit de maximiser la performance des installations afin de limiter au maximum les pertes d’eau dues aux lavages de ces installations », explique Dimitri Monot. Deux approches ont été soumises et le choix s’est porté sur la solution de BWT. La proximité géographique et la disponibilité des équipes ont été déterminantes. « D’autant plus que ce conteneur était le premier du genre à être mis en place au sein du groupe, souligne Anne Genouel. BWT s’est engagée sur un cahier des charges précis avec obligation de résultat. L’équipe a pris le temps d’adapter une solution standard à l’ensemble de nos exigences en termes d’ergonomie de l’installation, de pilotage de process et de maintenance ». Dimitri Monot ajoute : « BWT a su faire la différence par son expertise, son accompagnement et le service apporté par nos agences et nos techniciens ».

 

BWT propose des solutions globales sur-mesure pour répondre
aux besoins de ses clients.

Le conteneur de retraitement des eaux

Le besoin de se doter d’un conteneur de retraitement des eaux de STEP s’est imposé dès 2016. Fondé sur l’utilisation technique des eaux recyclées, il permet d’envisager une réutilisation à hauteur de 50 % des volumes globaux de consommation d’eau du site. Anne Genouel, chargée de projet à la direction technique, déclare : « Nous attendions avant tout une approche métiers, capable d’adapter la solution aux besoins qui sont spécifiques au retraitement des eaux de STEP en lagunage. La solution devait également répondre à des contraintes liées à l’emplacement du conteneur, proche des utilités, et à son dimensionnement afin que celui-ci soit en mesure d’absorber l’accroissement d’activité. » La solution intègre un système complet de filtration qui permet à la fois d’épurer, d’hygiéniser et d’adoucir l’eau. Dimitri Monot explique : « Trois technologies sont présentes à l’intérieur du conteneur pour assurer la sécurité des biens et des personnes. D’abord, la microfiltration permet d’assurer l’élimination de toutes les bactéries dans l’eau et de retenir les éléments supérieurs à 0,1 µm. Ensuite, la désinfection par lampe UV permet d’assurer une désinfection supplémentaire qui supprime les bactéries restantes sans utilisation de produits chimiques. Enfin, l’adoucisseur permet d’éliminer le TH de l’eau et d’assurer une protection des équipements de process contre le tartre ou le calcaire par exemple. » Le process délivre aujourd’hui une eau retraitée à usage industriel de haute qualité et de grande efficacité. BWT a privilégié des solutions sans biocides afin d’avoir une eau de qualité avec un impact environnemental moindre. De plus, cela permet de préserver la santé des salariés qui n’ont pas de manipulation de produits chimiques à faire et qui ne sont pas en contact avec ce type de produit lors de l’utilisation de cette eau recyclée.

 

Objectifs atteints

Après 18 mois de fonctionnement, le conteneur remplit pleinement sa mission. La mise en place du conteneur a fait l’objet d’une recherche d’optimisation de la part de BWT, d’un appui technique et d’une formation des équipes au démarrage de l’exploitation. « Notre premier objectif est atteint dans la mesure où nous disposons dorénavant d’un système efficace capable de retraiter près de 15 000 m3/an. Il nous permet de rejeter des volumes supplémentaires en cas de pic d’activité et d’éviter ainsi les situations de stress hydrique tels que les épisodes de canicule, par exemple », observe Julien Millot, directeur du site. À ce jour, le conteneur pourrait traiter jusqu’à 60 m3/h. Dimitri Monot ajoute : « Aujourd’hui, l’installation fonctionne à 45 m3/h, mais elle peut traiter jusqu’à 60 m3/h, ce qui apporte une marge de manœuvre non négligeable lors des pics de production. Il s’agit d’un confort supplémentaire et d’un levier compétitif. » Ce type de projet va dans le sens de l’Agence de l’eau, qui le subventionne. Sur le site de Kervalis-Armor, l’eau retraitée a aujourd’hui pour but de garantir l’absence de risque pour les salariés intervenant sur l’installation. « Le critère de qualité retenu nous place au-delà des normes exigées et contribue non seulement à réduire l’impact environnemental, mais aussi à rassurer nos collaborateurs sur la fiabilité d’une eau issue de la STEP », atteste Julien Millot. « Nous ne sommes plus limités dans nos volumes de rejets et pouvons envisager la valorisation de nouveaux sous-produits ».

Partager:

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal des Fluides.