HomeActualitéGrand Paris : des pompes Tsurumi pour le rejet des eaux de chantier
Grâce à ses stocks en France et en Belgique, Tsurumi est capable de livrer ses équipements en délais courts.

Grand Paris : des pompes Tsurumi pour le rejet des eaux de chantier

L’objectif du projet du Grand Paris Express, qui devrait coûter près de 29 milliards d’euros, est d’améliorer le cadre de vie des habitants, de corriger les inégalités territoriales et de construire une ville durable. Ainsi, ce sont plus de 200 kilomètres de ligne de métro supplémentaires qui vont être construits d’ici 2040. Un gigantesque chantier qui devra relever de nombreux défis techniques et logistiques.

L’installation des pompes KTZ a été réalisée au début de l’année 2018.

L’installation des pompes KTZ a été réalisée au début de l’année 2018.

La gestion des eaux de chantier est une problématique centrale dans le cadre de creusement de tunnels. Afin de limiter l’impact environnemental de ces eaux, la Société du Grand Paris (SGP) a imposé des directives spécifiques pour que toutes les eaux soient captées et traitées avant leur rejet à l’exécutoire. À de nombreuses reprises, les pompes Tsurumi ont été choisies pour réaliser ces opérations.

Répondre à des problématiques environnementales

Les eaux de chantier sont principalement constituées d’eaux d’infiltration, d’eaux de process et d’eaux pluviales. Les eaux pluviales sont les plus difficiles à quantifier car elles dépendent des conditions météorologiques et sont donc très variables. Christophe Eginer, directeur général de Tsurumi France, explique : « Dans le cahier des charges établi par la SGP, il est obligatoire de réaliser un traitement des effluents avant qu’ils ne soient rejetés à l’extérieur. Les différentes eaux du chantier doivent alors passer par des unités de traitement et de contrôle pour que la qualité soit garantie ». Des recherches ont alors été menées par les équipes d’Eiffage Génie Civil sur la ligne 16 du métro parisien, adjudicataire des lots principaux, et elles ont fait appel à Tsurumi pour résoudre leurs problématiques de pompage. Christophe Eginer poursuit : « Selon les niveaux d’imposition liés au chantier, il est indispensable de diminuer les matières en suspension dans les effluents, en utilisant par exemple des systèmes de pré-traitement plus ou moins complexes, allant du simple bac de décantation ou notre procédé Mudwizard, jusqu’à des unités complètes de traitement des boues ».

Limiter les débits immédiats

L’une des problématiques du chantier a été de devoir contrôler les débits de rejet pour ne pas saturer la station d’épuration avale. « La SGP autorisait un débit de 30 m3/h alors que nos calculs nous donnait un débit de pointe en cas d’orage proche des 100 m3/h », précise le directeur général. La solution était donc de retenir et stocker les eaux dans un bassin artificiel et d’étaler les rejets dans le temps. Tsurumi a donc fourni deux pompes de différentes tailles pour répondre à ces contraintes.

Tsurumi a livré des pompes utilisant des technologies simples.

Tsurumi a livré des pompes utilisant des technologies simples.

Les pompes de chantier adaptées

Tsurumi a une solution en deux temps : les eaux pompées sont traitées à proximité du bac et de l’exécutoire à un débit de 30 m3/h pour des conditions météorologiques classiques, et en cas de chutes d’eaux plus importantes, elles sont envoyées vers un bassin d’orage situé à quelques centaines de mètres de la zone. Christophe Eginer précise que « ce pompage s’effectue sur des effluents chargés, contenant des fines ou des corps solides, et il faut donc les transférer sans abîmer les équipements. Les pompes de chantier résistent très bien à l’abrasion et sont parfaitement adaptées ». Techniquement, les pompes de Tsurumi adoptent une technologie simple et robuste : le fabricant s’est surtout différencié par sa réactivité, son offre financièrement intéressante et sa capacité à fournir le matériel dans un délai très court. La filiale française ne peut pas se permettre de commander les pompes unes à unes au Japon, et dispose donc à la fois de son propre stock en France, mais a également accès à un énorme stock en Belgique, qui est un élément clé du succès du développement de Tsurumi en Europe.

Le choix des pompes KTZ

Pour équiper l’installation, une pompe KTZ32.2 a été installée dans le but d’alimenter en eau un décanteur lamellaire en amont de l’exécutoire. Une seconde pompe KTZ de 11 kW a été installée, capable de pousser un débit d’eau de 100 m3/h dans une conduite de près de 700 mètres. « Nous avons choisi des pompes en fonte, explique Christophe Eginer. Ces pompes ont certes un inconvénient : leur poids. Mais excepté cela, elles n’apportent que des avantages. La fonte est bien plus résistante que l’aluminium, aussi bien du point de vue de sa tenue à l’abrasion, qu’au niveau de ses capacités à résister à la corrosion. Les logements de roulement en fonte limitent les déformations et permettent un meilleur maintien du guidage en rotation de l’arbre moteur. La garniture mécanique est moins solicitée et assure une étanchéité absolue beaucoup plus longtemps. » Les pompes de chantier sont très tolérantes au niveau de l’installation. Elles restent performantes en toutes circonstances, même avec un moteur partiellement dénoyé. Elles sont également très faciles d’entretien avec très peu de pièces à démonter et peu de réglages.

Pompage des eaux de filtration

Sur un autre ouvrage du Grand Paris, qui concerne un puits de secours sur le tronçon T3A de la future ligne 15 SUD, Tsurumi a également fourni une pompe KRS pour évacuer en surface les eaux d’infiltration venant de la Seine située à quelques dizaines de mètres. La série KRS est en effet idéale pour drainer les eaux à grands débits en milieux difficiles et les renvoyer vers des bacs de traitement. « Sur cet ouvrage nous avons installé deux pompes KRS pour assurer un débit permanent, précise le directeur général. Nous avons installé des pompes équipées de moteurs à 1 500 tr/min qui tournent plus lentement que les pompes KTZ. Nous avons joué sur la construction, des vitesses de rotation lentes et un passage de 30 millimètres pour garantir le bon pompage des eaux modérément chargées. » Tsurumi évite d’intégrer de l’électronique embarquée dans ses pompes pour proposer des solutions fiables et robustes.

Grâce à ses stocks en France et en Belgique, Tsurumi est capable de livrer ses équipements en délais courts.

Grâce à ses stocks en France et en Belgique, Tsurumi est capable de livrer ses équipements en délais courts.

 


 

CE2A-TSURUMI DEVIENT TSURUMI FRANCE

L’activité de la société CE2A, pour Compagnie Européenne Afrique-Asie, était concentrée sur une activité d’export. Cette centrale d’achats, qui représente environ 2 millions du chiffre d’affaires sur un total de 9 millions, a été rachetée en 2009 par son principal fournisseur, Tsurumi Europe. La dénomination CE2ATsurumi a été préservée en France jusque-là, mais pour plus de clarté auprès des industriels, elle deviendra Tsurumi France d’ici fin 2019, début 2020. Une dénomination qui est plus en adéquation pour la filiale française de Tsurumi.

Partager:

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal des Fluides.