HomeActualitéLe fabricant de pompes KNF poursuit sa croissance

Le fabricant de pompes KNF poursuit sa croissance

Le Groupe KNF, constitué de quinze entreprises et cinq sites de production dans le monde, conçoit et produit divers systèmes pour véhiculer les fluides. L’entreprise, qui a fêté ses cinquante ans en 2018, poursuit sa croissance. État des lieux et présentation de la nouvelle pompe FP 400.

Albert Grebil, Directeur Général de KNF France.

Le Groupe KNF développe, produit et distribue des pompes à vide, des compresseurs, des groupes de pompage et des pompes de transfert et de dosage pour les gaz, les vapeurs et les liquides. Le groupe est présent partout dans le monde via quinze entreprises et cinq sites de production, dont l’un d’entre eux est situé en France à Village- Neuf (68), dans le Haut-Rhin. Albert Grebil, Directeur général de KNF France, déclare : « KNF a été fondée en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. La filiale française, elle, est la première succursale internationale du groupe ».

 

Des pompes personnalisables

 

Le site de Village-Neuf possède 1 700 m2 d’ateliers de production et 1 300 m2 de bureaux. Le directeur général témoigne : « Nos clients sont des constructeurs qui intègrent nos produits dans leurs machines. Les trois quarts de notre chiffre d’affaires sont réalisés grâce au marché du médical, qui est le principal, le marché environnemental et le marché des machines à jets d’encre ». Si la recherche et le développement sont concentrés en Allemagne, « nous avons une certaine marge pour effectuer des adaptations sur nos produits à la demande de nos clients. Nous pouvons produire des versions personnalisées de nos pompes en petites séries sans grand surcoût ».

 

Digitalisation de l’entreprise

 

KNF dispose d’une large gamme de produits de pompes et systèmes spécifiques aux applications.

Pour Albert Grebil, le succès de KNF vient de « la qualité mondialement reconnue de nos produits et de leur longévité. Depuis toutes ces années, le groupe a su relever les défis et faire preuve d’innovation. Nous avons pour volonté d’accompagner nos clients dans leur développement à long terme ». L’objectif du groupe est aujourd’hui de rattraper son retard en matière de digitalisation. « À Village-Neuf par exemple, toutes nos pompes sont testées manuellement. Nous voudrions digitaliser ces tests et ne plus avoir à entrer une par une les données dans l’ordinateur. »

 

Investissements

 

Le groupe a également des projets ambitieux de croissance. « Chaque année, KNF enregistre +8 à +10 % de croissance. Pour cela, l’entreprise investit constamment dans des machines et des hommes. À Village- Neuf, nous envisageons d’acquérir de nouveaux outils de production dans les années à venir. Ces dix dernières années, nous avons créé vingt emplois. Nous nous sommes agrandis au fil du temps. Le dernier gros investissement a été en 2016. Nous avons construit 750 m2 de bureaux supplémentaires. Nous avons injecté 2,2 millions dans ce projet. »

 

Nouvelle génération de pompe FP 400

 

Pompe KNF type FP 400 de nouvelle génération.

KNF a récemment lancé sur le marché une nouvelle génération de pompes à membrane pour liquide, type FP 400. Équipée de cinq membranes pour de très faibles pulsations, elle combine les avantages traditionnels de cette technologie (auto-aspirante, fonctionnement à sec, longue durée de vie), avec un niveau de pulsation comparable à celui d’une pompe à engrenage. La FP 400 est caractérisée par de faibles pulsations : elle atteint en effet des valeurs inférieures à 150 mbar (en sortie de pompe) au débit nominal, et même des valeurs plus basses selon la configuration du système et la vitesse de circulation. À cet égard, la FP 400 est comparable aux pompes à engrenages. Un ajustement linéaire du débit est une autre caractéristique de la FP 400 : la pompe offre une linéarité exceptionnelle entre 10 et 100 % du débit nominal. En plus de cela, la nouvelle pompe est stable en contre-pression jusqu’à 1 bar et dans la gamme de viscosité des encres les plus utilisées en impression jet d’encre. La FP 400 est donc une bonne solution pour la glaçure, les vernis, les émaux, les hot-melts, etc. Enfin, la FP 400 a été testée intensivement pendant dix-huit mois chez des fabricants d’imprimante à jet d’encre et des fabricants d’encre en Italie, Espagne, Allemagne, au Royaume-Uni, en Chine, et a suscité un grand intérêt.

 

Domaines d’application de la FP 400

 

Grâce à ses nombreux avantages, ce modèle est destiné aux équipements médicaux, semi-conducteurs et piles à combustible. De plus, cette nouvelle génération de pompe à membrane a été spécialement étudiée pour relever les challenges des encres UV qui connaissent une croissance substantielle dans les applications d’impression à jet d’encre (IJE). Les cinq membranes de la FP 400 appliquent une force de cisaillement faible sur les encres UV, ce qui évite la polymérisation précoce (une activation des précurseurs UV) dans la pompe. La nouvelle FP 400 fournit un débit de 4 à 5 l/min, selon la version, ce qui correspond au volume de recirculation requis par les grandes imprimantes modernes qui peuvent embarquer jusqu’à trente-six têtes d’impression par barre-couleur. On trouve ces nouvelles imprimantes dans le secteur de l’emballage, des laminés, du textile, de la céramique, du verre, du métal et du bois par exemple. La FP 400 est particulièrement adaptée aux nouvelles têtes d’impression « high laydown » qui requièrent des taux de recirculation beaucoup plus élevés.

 


 

EXPORTATIONS

Ateliers de KNF.

La filiale à Village-Neuf produit de petites pompes à membrane pour les gaz et les liquides, ainsi que des moteurs KNF. « 10 % de notre production sont destinés au marché français, précise le directeur général. Les 90 % restants partent à l’international. » La filiale est également responsable de la commercialisation des pompes KNF en France. « Le matériel que nous distribuons provient des cinq sites de production situés en France, en Allemagne, en Suisse et aux États-Unis. » En 2017, le site a produit plus de 60 000 pompes et réalisé un chiffre d’affaires de 17 millions d’euros.

Partager:

Inscrivez-vous à la newsletter
gratuite du Journal des Fluides.